mercredi 4 janvier 2017

L'après-RAP et mon épargne-retraite

Le temps passe vite! Cela fera deux ans en mai prochain que j'ai utilisé le Régime d'accession à la propriété dans le but d'acheter le terrain sur lequel nous nous sommes construits.

Ce programme fédéral permet d'effectuer un emprunt sans intérêts des sommes détenues dans un Régime enregistré d'épargne-retraite (REÉR) lorsqu'on désire acheter une première résidence. Chaque membre d'un couple d'acheteurs peut emprunter jusqu'à 25 000$ de son REÉR. Les sommes peuvent servir à n'importe quoi, mais on s'entend qu'elles iront généralement sur la maison!

La période de remboursement du RAP commence dans la deuxième année qui suit celle durant laquelle les fonds ont été retirés : puisque j'ai fait mon retrait en mai 2015, c'est dans ma déclaration de revenus 2017 que je vais déclarer mes remboursements. Pour ce faire, je vais déposer des sommes dans mon REÉR comme j'avais l'habitude de le faire. Cependant, les remboursements au RAP ne me donneront pas droit à un retour d'impôts : je l'ai déjà reçu une fois au moment de la cotisation initiale!

Je dispose de 15 ans pour rembourser la totalité des montants empruntés grâce au RAP, à raison d'un minimum de 1/15e de la somme à tous les ans. C'est un prêt sans intérêts : je ne me presserai donc pas de le rembourser plus vite, puisque j'ai d'autres dettes plus coûteuses (comme l'hypothèque!). Je garde cependant en tête que si je ne rembourse pas le minimum dû dans une année, la somme manquante sera ajoutée à mon revenu de l'année et je devrai alors payer plus d'impôts.


Un nouveau départ pour mon épargne-retraite

Au moment du RAP, j'avais liquidé tous les placements de mon REÉR pour mettre l'argent dans un compte d'épargne. Maintenant que je dois rembourser mon REÉR, je vais en profiter pour répartir ces sommes dans des investissements à long terme.

J'utiliserai une approche indicielle, tel que j'en avais parlé dans un billet précédent. Je veux investir dans l'ensemble du marché pour profiter de la croissance globale des entreprises cotées en Bourse.

J'ai donc acheté des parts dans le Fonds d'investissement Tangerine - Croissance d'actions. Ce fonds commun de placements investit à parts égales dans des actions canadiennes, américaines et internationales.

Le processus est simple. J'ai d'abord fourni quelques informations personnelles, dont mon numéro d'assurance-sociale. Ce numéro est important puisque c'est de cette façon que Revenu Canada peut faire un suivi de mes placements enregistrés, autant pour le REÉR que pour le CÉLI. Ensuite, la banque m'a demandé des informations sur mon emploi, mon salaire, ma valeur nette.

J'ai aussi répondu à un questionnaire de tolérance au risque, requis par la loi, qui permet à la banque de me suggérer un fonds de placements adapté à mon profil. Dans mon cas, je ne prévois pas toucher les sommes avant plus de 10 ans et je suis tolérant aux risques du marché : on m'a donc proposé le fonds Croissance d'actions. Il est toujours possible de modifier ses réponses pour obtenir une autre suggestion, le questionnaire étant quelque peu subjectif...

Après avoir déterminé la source de mon placement initial, j'ai également mis en place un Programme d'épargne automatique, qui me permettra d'acheter des parts dans le fonds de façon périodique automatiquement.

Et voilà, je n'ai plus qu'à laisser les choses aller. Je sais que la valeur de mes placements variera de jour en jour, mais comme j'ai une vision à long terme, je ne m'inquiète pas. Je peux me concentrer sur d'autres aspects, comme la maison!

dimanche 1 janvier 2017

Bilan mensuel - Janvier 2017

Nous avons commencé décembre de façon assez brutale : sortie de route avec l'auto et une panne de courant qui aura finalement duré 60 heures. Heureusement, nous n'avons pas eu d'autres mésaventures pour la fin de l'année. Nous sommes présentement en vacances pour les Fêtes et nous pouvons nous reposer un peu!

L'année 2017 sera la première année complète dans notre maison et dans notre nouveau style de vie! Nous avons plusieurs projets devant nous et le loisir de les accomplir selon nos horaires et nos conditions.

Voici le résultat de mon bilan financier en date du 1er janvier 2017. Le graphique est normalisé pour que la valeur de l'an dernier (le 1er janvier 2016) corresponde à 100%. Le graphique se limite aux derniers 12 mois.



Maintenant que nos finances se sont stabilisées, je peux recommencer à parler de la variation mensuelle du bilan financier. Dans le dernier mois, il y a donc eu une variation de +8.3%. Pour l'année 2016 au complet, on parle d'une variation de -7.2%.


Transactions du mois
  • Pour les fonds négociés en Bourse
    • VAB (Obligations canadiennes)
      • 7 décembre : Récolte de 3,70$ en distributions
  • Du côté des actions
    • CJR.B (Corus Entertainment inc.)
      • 30 décembre: Récolte de 10,45$ en dividendes

    Total des dividendes et distributions pour 2016 : 326,93$
    (En 2015 : 112,44$)


    Ce qui s'est passé dans le mois de décembre
    • Suite à notre sortie de route du 1er décembre, nous avons eu à faire réparer la voiture. La majorité des dommages étaient esthétiques, heureusement. Avoir de bonnes assurances-auto est primordial dans ces situations : nous n'avons eu que la franchise à payer pour les réparations. Cependant, comme c'est notre seconde réclamation cette année, reste à voir le montant de nos primes l'an prochain...
      • Nous avons eu pu apprécier l'importance d'un abonnement au CAA. Un remorqueur a pu nous sortir du pétrin et transporter la voiture jusqu'au carrossier proposé par notre assureur.
    • Le constructeur est finalement venu avancer les travaux pour les poutres décoratives. Cette fois-ci, les nouveaux ancrages ont été installés, les traces de doigts incrustées ont été sablées et les travaux ont été effectués sans abîmer nos planchers. Il reste au peintre à passer, après les Fêtes.

    Ce qui s'en vient en janvier
    • Un évaluateur municipal est passé le mois dernier pour valider la fin des travaux et fournir la valeur de la maison à la Ville pour les taxes. Nous sommes très curieux de connaître cette valeur et de savoir où elle se situe par rapport à l'évaluation qui avait été commandée par la banque, au moment de la demande de prêt hypothécaire.
    • En 2015, j'ai effectué un retrait de mon REÉR en utilisant le Régime d'accession à la propriété (RAP). Ces fonds avaient permis d'acheter le terrain. Maintenant, en 2017, je dois commencer à rembourser mon emprunt, à raison d'un minimum d'environ 1000$ par année, pendant 15 ans.
      • Puisque c'est un prêt sans intérêts, je n'ai pas avantage à rembourser mon RAP rapidement. Les autres dettes, comme l'auto et l'hypothèque, devraient primer.
      • Je profiterai de l'occasion pour investir ces sommes dans un Fonds d'investissement Tangerine - Croissance d'actions.

    Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2017! Santé, bonheur et prospérité.


    Inscrivez-vous à mon fil RRS, aimez ma page Facebook, suivez mon compte Twitter ou inscrivez-vous aux mises à jour par courriel pour rester à l’affût. Les liens sont également en haut de la page.

    vendredi 2 décembre 2016

    Bilan mensuel - Décembre 2016

    Le mois de décembre a commencé sur les chapeaux de roue, et c'est le cas de le dire. Dans la tempête du 1er décembre, nous avons fait une sortie de route avec la voiture. Heureusement, pas de blessés, mais l'auto est encore à faire réparer. De plus, la tempête a causé des pannes de courant majeures dans notre secteur. Au moment d'écrire ces lignes, la panne dure depuis 30 heures.

    En espérant que 2017 sera une année plus clémente!

    Voici le résultat de mon bilan financier en date du 1er décembre 2016. Le graphique est normalisé pour que la valeur de l'an dernier (le 1er décembre 2015) corresponde à 100%. Le graphique se limite aux derniers 12 mois.



    Sur le blogue en novembre

    Transactions du mois
    • Pour les fonds négociés en Bourse
      • VAB (Obligations canadiennes)
        • 7 novembre : Récolte de 5,68$ en distributions
    • Du côté des actions
      • CJR.B (Corus Entertainment inc.)
        • 30 novembre : Récolte de 10,45$ en dividendes

      Total des dividendes et distributions pour 2016 : 312,78$


      Ce qui s'est passé dans le mois de novembre
      • La saga des poutres décoratives n'est pas encore terminée. De nouvelles poutres ont été posée mais les ouvriers ont mis leurs doigts sales partout. Résultat : des traces de doigts incrustées dans le bois huilé. De plus, nous devons attendre pour la production et l'installation de nouveaux ancrages. Nous ne verrons donc pas le bout de cette épopée avant quelques semaines...
        • En attendant la conclusion, le reste des montants dus au constructeur sont en fidéicommis chez le notaire.
        • Nous gardons également en réserve le processus de médiation, au cas où le résultat n'est pas satisfaisant.
      • J'ai légèrement modifié la page Mes placements pour refléter les gains/pertes en considérant les distributions et les dividendes dans le calcul. C'est un peu plus encourageant comme calcul!

      Ce qui s'en vient en décembre
      • Une réparation de l'auto, suite à la sortie de route que nous avons faite le 1er décembre. Cette fois-ci, nous aurons le déductible de 500$ à débourser pour que les assurances puissent couvrir les dommages.
      • Suite aux pannes de courant fréquentes dans notre secteur, nous regardons sérieusement pour l'installation d'un système de batterie de secours à la maison, pour au moins faire fonctionner la pompe du puits artésien et nos installations pour le téléphone et Internet. Nous voulons également faire installer un poêle et une génératrice au propane, dans un avenir plus ou moins rapproché.
        • J'en ferai le sujet d'un prochain billet, puisqu'il n'est pas toujours évident de bien cerner ses besoins et de comprendre la technologie!



      Inscrivez-vous à mon fil RRS, aimez ma page Facebook, suivez mon compte Twitter ou inscrivez-vous aux mises à jour par courriel pour rester à l’affût. Les liens sont également en haut de la page.

      lundi 14 novembre 2016

      L'hypothèque de construction, un défi de planification


      Dans le cadre de notre projet de construction de maison, nous avons dû nous familiariser avec le monde des prêts hypothécaires. Il peut être assez complexe : entre les taux, les termes, les amortissements, les mises de fonds, il faut connaître le vocabulaire pour être capable de s'y retrouver.

      On ne pensait toutefois pas que pour une construction neuve, ça pouvait être encore plus compliqué! La philosophie est assez différente et nous a causé quelques surprises.


      L'hypothèque conventionnelle

      Tout d'abord, une hypothèque c'est quoi ? C'est un prêt consenti pour l'achat d'une propriété, en mettant la propriété en garantie. Si l'emprunteur ne peut rembourser le prêt selon les conditions établies au contrat, le prêteur peut reprendre et vendre le bien mis en garantie.

      Pour l'achat d'une maison, le prêteur exige généralement une mise de fonds, soit un montant comptant fourni par l'emprunteur. Le prêteur allonge alors le reste.

      C'est donc assez simple : j'ai besoin d'un montant X pour acheter une maison, je donne un montant Y comme mise de fonds, la banque me prête la différence. Je rembourse le prêt sur un temps donné (l'amortissement), suivant un contrat établi pour une portion de cette période (le terme).


      L'hypothèque à déboursés progressifs

      Dans notre cas, l'hypothèque a servi à payer la construction de la maison. Cette dernière n'existe pas encore au moment de consentir au prêt : il est donc difficile de mettre quoique ce soit en garantie. C'est pourquoi les banques se protègent en ne fournissant l'argent qu'au fur et à mesure que les travaux sont réalisés.

      Il y a deux points très importants à considérer ici :

      1. La banque se base sur une évaluation de la valeur de la maison une fois complétée, fournie par un évaluateur agréé. Cette évaluation est basée sur des plans et devis, sur des hypothèses et des comparatifs du marché. Si la maison est dans un secteur peu prisé, la banque finance un plus faible montant, même si la maison coûte la même chose à construire que dans un quartier à la mode. L'évaluation pré-construction ne tient pas compte non plus des changements qu'on peut apporter au projet en cours de route. 
      2. Les fonds sont débloqués au fil de l'avancement des travaux tel qu'évalué par les mêmes personnes. Cependant, ils ne sont pas débloqués au fil des factures qui arrivent! 

       Ce sont ces deux détails qui nous ont causé beaucoup de soucis.


      Quand les chiffres ne suivent pas la réalité

      Le premier problème que nous avons eu est que l'arrivée des factures ne suivait pas l'arrivée des déboursés. La banque effectue un déboursé en évaluant les travaux qui sont complétés. Cependant, pour notre constructeur, la majorité des coûts devaient être payés au moment de la livraison des matériaux, avant les travaux eux-mêmes. Nous avons dû retarder certains paiements, ce qui nous a causé beaucoup de frustration et nous exposait à des pénalités de retard. Nous avons donc dû puiser dans nos économies et notre marge de crédit pour s'autofinancer en attendant les déboursés.

      Un autre problème est que l'évaluation de la banque ne considérait pas la préparation du terrain dans le projet. Nous avons dû dépenser beaucoup d'argent pour amener les services sur le terrain et pour le préparer à recevoir les fondations. Les factures de ces travaux sont arrivées avant même le début de la construction de la maison et ont donc monopolisé des fonds de roulement que nous avions.


      Comment on s'en est sortis

      Au final, le montant de l'évaluation a permis de couvrir en grande partie le coût total du projet, mais nous avons dû, à plusieurs reprises, puiser dans nos liquidités. La marge de crédit de 55 000$ s'était même avérée insuffisante à un certain point.

      À plusieurs reprises nous avons tenté de faire comprendre ce décalage à notre constructeur ainsi qu'à notre banque. C'est une façon de faire qui est ancrée depuis longtemps et c'est difficile de faire bouger les gens! Nous avons quand même réussi à convaincre la banque de diminuer temporairement le taux d'intérêt sur notre marge de crédit, le temps de recevoir suffisamment de déboursés hypothécaires pour la rembourser. Ça a pris presque deux mois.

      Du côté du constructeur, ils ont fini par accepter d'attendre que la banque nous verse les fonds suite à l'évaluation finale. Nous avons cependant choisi de retenir une bonne partie de ces fonds en fidéicommis chez notre notaire, en attendant la fin complète des travaux.


      Mot de la fin 

      Si vous vous engagez dans un projet de construction, assurez-vous d'avoir accès à des liquidités importantes (épargne, marge de crédit) tout au long des travaux, pour pallier aux problèmes de synchronisme entre les factures et les déboursés hypothécaires. Cela vous permettra d'éviter un stress supplémentaire. Vous pourrez alors vous concentrer plus facilement sur la construction de votre maison de rêve!